Site officiel de Mickaël Martin 5e dan de l'Aïkikaï de Tokyo.
Uchi deshi de Tamura Nobuyoshi Shihan.
Fondateur de Meïwakan Aïkido.

Meïwakan Aïkido

Mickaël Martin

 

Fondateur et directeur technique de Meïwakan Aïkido

5°dan 

Uchi Deshi de Tamura Nobuyoshi Shihan au Shumeïkan dojo entre 2002 et 2010. 

Sandrine Duong

 

4e dan

 

Sandrine débute l'aïkido à Paris en 2005.
 
Dès sa première année, elle découvre Maître Tamura lors de son stage annuel à Paris. Impressionnée par sa technique, Sandrine ne cessera de rechercher les sensations qu'elle a pu ressentir avec lui et n'hésitera pas à retourner à ses stages à chacune de ses venues en Île de France. Par la suite, sa rencontre avec Mickaël Martin au Shumeïkan en 2010 a été déterminante. Sandrine retrouve avec lui des sensations au plus proche de celles qu'elle a eues avec Maître Tamura et comprend immédiatement que c'est cette direction qu'elle veut prendre. En dépit de l'éloignement géographique, elle décide à partir de ce moment de suivre l'enseignement de Mickaël Martin en participant à ses stages en France et à l'étranger. Elle s'implique pleinement dans cette recherche afin d'approfondir sa propre pratique.
 
Passionnée par l’aïkido, Sandrine profite également de ses temps libres et de ses opportunités à l’étranger pour participer à des stages de maîtres japonais renommés ayant étudié au Hombu Dojo à Tokyo tels Maître Tada et Maître Kono. Ses voyages aux Etats-Unis sont autant d’occasions de pratiquer sous la direction de Maître Chiba, Maître Yamada ou encore de Maître Sugano, dans leurs dojos respectifs à l’Aïkikaï de San Diego et de New York. Elle s’immerge ainsi complètement dans des dojos traditionnels.
 
Diplômée d’Etat, Sandrine obtient son 4e dan à l’âge de 29 ans en 2018. Ayant par ailleurs eu l’occasion d’enseigner aux enfants et aux adolescents pendant quatre ans, durant ses études supérieures, elle crée l’association Meïwakan Aïkido Paris afin de promouvoir l'école de Mickaël Martin.

Enzo Broussier

 

 

Passionné depuis son enfance par l’univers médiéval, et particulièrement par celui du Japon, Enzo Broussier découvre l’aïkido en 2007, près de sa ville natale de Royan en Charente Maritime. Séduit par cet art martial, il doit cependant quitter la région pour ses études. En 2009, il essaie une forme de jûjutsu traditionnel pendant qu’il étudie à Bordeaux, mais ne retrouve pas les sensations et l’atmosphère de la pratique de l’Aïkido. Désirant s’engager totalement dans cette discipline, il planifie de se rendre au dojo Shumeïkan dans le Var, pour suivre l’enseignement de Maître Tamura. Malheureusement, celui-ci s’éteint en juillet 2010, avant qu’il ne puisse le rencontrer. 
Déterminé à réaliser son projet, il découvre Mickaël Martin, élève interne (uchi deshi) de Maître Tamura depuis plus de huit ans, et enseignant au Shumeïkan.

 
En octobre 2010, il commence à s’entrainer sous sa direction et lui fait part de sa volonté de pratiquer pleinement. Il devient ainsi un de ses plus proches élèves et se consacre uniquement à l’aïkido. Il participe à l’entretient du dojo, et a la chance s’entrainer en privé avec son professeur, en plus des cours quotidiens du ShumeÏkan. Il est ainsi initié aux techniques de iaïjutsu, de kobujutsu et de shuriken, en plus de la pratique de l’aïkido. Il le suit également dans ses stages le week-end en France et en Europe.


Il fait aussi la rencontre de Madame Tamura, épouse de Maître Tamura, qui enthousiasmée par sa démarche, l’aidera à continuer sa pratique intensive. Il restera proche d’elle jusqu’à sa mort, en 2020.
En participant aux évènements rythmant la vie du dojo, il s’entraine avec des pratiquants du monde entier, des techniciens de la Fédération Française d’Aïkido et de Budo, et rencontre plusieurs maîtres tel que Maître Yamada, Maître Miyamoto, Maître Kuribayashi ou encore Waka senseï.  
En 2012, en parallèles des entrainements et des stages, il reprend une activité professionnelle, puis des études en 2014.

 
Au printemps 2013, il s’envole avec un groupe de pratiquants pour le Japon, pour un séjour organisé par Mickaël Martin, à la découverte du pays et de maîtres d’aïkido et de Budo. Il pratiquera ainsi sous la direction de Maître Tada, Maître Kono, Maître Ichizuka et le Doshu.
Actuellement troisième dan, il continue depuis à suivre l’enseignement de Mickaël Martin au dojo et en stage, au sein de l’école Meïwakan que ce dernier a fondée, afin d’approfondir sa recherche. 

Julien Roussel

 

Je commence l’Aïkido à Lyon, à onze ans en 2004. A l’occasion de mon entrée à l’université en 2011, je rencontre Stéphanie Geranton, qui me fait découvrir Mickaël Martin. Très impressionné par l’efficacité de la technique de Mickaël Martin ainsi que le niveau d’exigence de sa pratique, je choisis de me consacrer pleinement à son enseignement. Chaque weekend, chaque période de vacances deviennent autant d’occasions de participer à ses nombreux stages en France et à l’étranger.

 

En 2017, je décide de passer une année complète en tant que uchi deshi au Shumeïkan, dojo où enseigne Mickaël Martin. Cette expérience constitue un formidable enrichissement personnel et un accélérateur considérable pour ma pratique. J’étudie chaque jour avec mon professeur afin de consolider et développer mes bases techniques.

Je découvre également le iai, le shuriken et apprends à développer mon attention au quotidien sur les tatamis et en dehors. J’accompagne en outre Mickaël Martin dans ses voyages à l’international et me confronte ainsi à une grande variété de pratiques étrangères, goûtant la portée universelle de la recherche de mon professeur.

 

En parallèle, je m’investis dans le développement et le rayonnement international de l’association de Mickaël Martin Meïwakan Aïkido.

De retour à Lyon, je crée l’association Meïwakan Aïkido Lyon et anime dans ce cadre des entraînements avec un groupe d’étudiants.

Je suis admis au 3e dan en 2019.

 

Sylvain Frezzato

 

Commence l’Aïkido en 2008. Rencontre Mickaël Martin en 2012. Impressionné par sa pratique, en accord total avec les exigences et la voie du Bujutsu, il le rejoint peu de temps après au Shumeïkan dojo pour apprendre auprès de lui, et devient l’un de ses plus proches élèves, le suivant également en stage partout dans le monde.

 

Désormais engagé dans le développement de Meïwakan Aïkido en Europe avec l’ouverture de Meïseïkan dojo en plein centre de Marseille, il continue à suivre son maître au Shumeïkan dojo et en stage, afin de se rapprocher au plus près de ses sensations et d’assurer une transmission juste au sein de Meïseïkan, dojo qui, après plusieurs années d’existence, constitue désormais un lieu incontournable de l’Aïkido à Marseille.