Meïwakan Aïkido

12 rue de la perruche

17000 La Rochelle 

Site officiel de Mickaël Martin 6° dan
Uchi Deshi de Tamura Nobuyoshi Shihan
Fondateur de Meïwakan Aïkido

 

 

Interview de Mickaël Martin sur l’aïkido et les enfants en 2018.

 

 


1/ Pour vous, quel est l’âge idéal pour qu’un enfant débute l’aïkido ? Pourquoi ? 
Mickaël Martin : Au dojo j’accepte les enfants à partir de l’âge de 8 ans. Il n’y a pas vraiment un âge idéal, tout dépend de sa maturité et de sa motivation à vouloir pratiquer l’aïkido. 

 

2/ Lorsque vous entamez une saison avec des enfants, quel est votre objectif principal ? 
M.M : Leur transmettre les fondements et les valeurs de l’aïkido et du budo en général. Leur transmettre un bon reishiki qu’ils pourront s’en servir par la suite dans leur vie de tous les jours. 

 

3/ Choisissez 3 à 5 qualités d’aïkido que vous voulez transmettre à vos jeunes élèves :
M.M : Le respect. 2-   La patience.  3-   La sincérité.   4-   Accepter l’autre.   5-   La conscience de leur corps.

 

4/ Que peut-on attendre de la relation entre un professeur d’aïkido et les parents d’élèves ? 
M.M : Il doit y avoir une relation de confiance avant tout. Les parents doivent aussi bien comprendre que c’est vous le maître et que c’est vous qui donner les directives. Le dojo est comme une école ou les enfants viennent recevoir l’enseignement du maitre sur la transmission du budo. Le rôle des parents leur appartient en dehors de ce lieu. Il y a un proverbe au Japon qui dit « les parents donnent une éducation, le maitre en fait un homme » Je trouve que cela répond bien à la question et est très juste.

 

5/ A votre avis, qu’est-ce que les parents attendent pour leur enfants lorsqu’ils les inscrivent à un cours d’aïkido ? 
M.M : Il peut y avoir plusieurs raisons diverses…  J’entends souvent je voudrais qu’il soit moins timide, je voudrais qu’il soit plus fort, je voudrais qu’il soit moins turbulent, je voudrais qu’il arrive à mieux se concentrer etc…                                                                        Mais je pense qu’avant tout il est important que les enfants s’épanouissent dans la pratique de l’aïkido et qu’ils apprennent les valeurs de la vie par rapport à la rigueur des arts martiaux.

 

6/ Acceptez-vous la présence des parents dans votre dojo pendant les cours ? Pourquoi ? 
M.M : Dans mon dojo je n’accepte pas la présence des parents, seulement à la fin de saison les enfants font une petite démonstration ou les parents peuvent y assister et voir les progrès que leur enfants ont acquis pendant toute une année.  Le dojo est l’espace pour les pratiquants d’aïkido, c’est-à-dire celui des enfants et du professeur. Ce n’est pas celui des parents, souvent les parents lorsqu’il regarde leur enfant ils leur disent « non pas comme ceci plutôt comme cela » etc… Le dojo est le lieu ou l’enfant vient pour se construire et se développer seul avec l’aide de son maitre par rapport aux principes de l’aïkido. 
Souvent les enfants sont plus timides devant les parents et ne peuvent pas s’exprimer librement. Pour d’autres c’est le contraire, c’est dans ce cas que les arts martiaux ont leur importances et leur donne plus de confiance en eux même, ce qui ne se produit pas si on laisse les parents venir regarder les cours.

 

7/ A votre avis qu’attendent les enfants d’un cours d’aïkido ? 
M.M : Certainement pleins de choses… Si l’on posait cette question à chaque enfant on aurait certainement une réponse différente à chaque fois ! Ce qui est important ce n’est de se poser la question sur ce qu’ils attendent d’un cours d’aïkido mais de créer un lien de confiance entre le maître et les élèves et de transmettre l’aïkido avec passion. Les enfants ne pensent pas  avec l’intellect mais avec le cœur.                                                          Les enfants doivent sentir cela dans l’enseignement de leur professeur et de cette façon on peut leur transmettre les valeurs et la passion de l’aïkido.

 

8/ A votre avis que leur apporte l’aïkido ?
M.M : Encore une fois tout dépend de l’enseignant, souvent le cours enfants est laissé aux personnes qui sont seulement disponibles le mercredi ou le samedi etc… Pour moi c’est une grosse erreur ce doit être la personne la plus qualifiée pour enseigner aux enfants. Le niveau technique est très important il constitue la priorité mais aussi l’état d’esprit de l’enseignant est important et qui doit être accepté par les enfants.
Avec un bon enseignant, l’aïkido devrait apporter aux enfants beaucoup plus de confiance et de rigueur envers eux même. Mais aussi un meilleur comportement dans la vie de tous les jours envers leurs parents et les autres personnes.  C’est la responsabilité des enseignants à bien connaître leurs élèves, les responsabiliser et voir leur changement.

 

9/ Et comment faites-vous pour que l’aïkido devienne utile pour un enfant hors du dojo ? 
M.M : Je fais ressentir et je montre ma passion de l’aïkido aux enfants et à travers cela je transmets les principes de l’aïkido comme le reishiki par exemple.  De cette façon les enfants intègrent naturellement les principes et les valeurs de l’aïkido sans qu’ils ne s’en aperçoivent vraiment eux même. De cette façon l’aïkido peut-être utile pour eux en dehors du dojo. 
Il ne faut pas enseigner aux enfants « il faut faire comme ceci ou comme cela » de cette façon les enfants n’apprennent rien car ils se sentent obligés, même si ils ont appris sur le moment par la suite ils vont oublier avec une transmission comme ça et il n’y aura aucune conséquence positive en dehors du dojo. 

 

10/ A votre avis pourquoi  il y a peu d’enfant qui ne poursuivent pas l’aïkido aux cours adultes ? 
M.M : Encore une fois il y a pleins de raisons possible… Par exemple les études est une bonne raison. Il y a aussi beaucoup de dojo ou les enfants ne peuvent pas faire la transition entre les cours enfants et les cours adultes. Parfois un adolescent peu se sentir trop grand pour être dans un cours enfant et trop jeune pour être dans un cours adulte. Et beaucoup de dojo n’ont pas de cours ados. 

 

11/ A votre avis comment susciter la passion de l’aïkido chez les enfants et les adolescents ? 
M.M : Déjà il faut être passionné nous-même par l’aïkido sinon on ne peut pas transmettre la passion aux autres. Pour moi j’enseigne l’aïkido aux enfants et adolescents comme aux adultes, il n’y a pas de différences l’aïkido c’est l’aïkido. Il faut juste être conscient qu’ils sont jeunes et que leur corps est encore en train de se modifier et de se développer. 
J’essaie de leur montrer tout le potentiel de l’aïkido en montrant que c’est un art martial complet et efficace mais aussi une étude de vie. Je leur montre le sommet, même en leur montrant le chemin c’est à eux de marcher pour y arriver. L’important c’est que le sommet les motive leur donne l’envie de le gravir. 

 

12/ A votre avis quelles sont les différences entre les pratiquants d’aïkido Japonais et Français ? 
M.M : Nous sommes tous des humains, nous avons tous des bras, des jambes, un cerveau etc… Dans le fond nous sommes tous pareil. La différence dont nous évoluons vient de notre culture et la façon dont nous avons été éduqués !  Un enfant Japonais à un avantage par rapport à un enfant Français car l’aïkido est né de la culture Japonaise. Il baigne déjà dans cette culture, se sera plus facile pour lui de comprendre les principes de bases de l’aïkido par rapport à un enfant Français. C’est pour cela un bon enseignant est très important car les élèves seront le reflet de l’enseignement qu’ils auront reçus. 

 

13/ Quelle est la place de l’aïkido enfant dans l’aïkido Français ? 
M.M : Leur place est très importante car ils sont l’avenir et la continuité de la représentation de l’aïkido en France.  Nous sommes tous en tant qu’enseignant responsable car ils ne sont pas seulement l’avenir mais ils sont l’avenir de l’aïkido suivant notre image. Il faut donner un enseignement de qualité aux enfants pour qu’à leur tour ils puissent également transmettre un enseignement de qualité. 

 

14/ Selon-vous que devrait-on faire pour former un enseignant d’aïkido enfant ? 
M.M : Pour moi il n’y a rien de spécial à faire. C’est pas parce que un professeur d’école qui aura eu tous ses diplômes avec une mention très bien sera un bon enseignant. 
En aïkido c’est la même chose, seule la passion de l’aïkido peut faire de bons enseignants. Il faut être passionné et aimer partager notre passion. Si la passion est présente la recherche sera sincère et le niveau technique sera bon aussi, la transmission se fera toute seule et les enfants suivront facilement les instructions du professeur. Comme je l’ai dit tout à l’heure les enfants sentent plus les choses qu’ils ne pensent, un enfant ne va pas être critique sur la technique de leur professeur, ils ne pensent pas si ça marche ou si ça ne marche pas juste ils sentent le kokoro du professeur. C’est dans ce sens qu’il faut penser pour avoir de bons enseignants. 

 

15/ Quel serai vos conseils pour que l’aïkido jeune en France soit reconnu comme un art martial de qualité. 
M.M : L’aïkido à sa base est déjà un art martial de qualité ! Que ce soit pour les jeunes ou pour les adultes c’est la même chose, les principes ne changent pas. On les fait juste évoluer au fur et mesure que nous grandissons et vieillissons.                                                                En première ligne je le répète encore une fois il est important d’avoir de bons enseignants dont la technique est bonne pour qu’ils puissent transmettre de bons fondamentaux. Si le niveau technique n’est pas là il n’y a pas de transmission ça ne restera qu’une illusion. 
Aujourd’hui on pousse les pratiquants à enseigner, ouvrir des dojo pour augmenter le nombre de licences etc… les examens sont faciles et le niveau technique est particulièrement faible.  On faisant de cette façon nous allons à notre perte et nous rabaissons la valeur de l’aïkido. Ouvrir un dojo et y enseigner à des élèves c’est être responsable de transmettre un savoir juste. 

 

16/ Comment voyez-vous l’avenir de l’aïkido ?  
M.M : L’aïkido évolue selon notre façon de vivre, de penser, on parle d’aïkido moderne et traditionnel… Pour moi il est essentiel de transmettre l’aïkido comme le faisait O senseï sans dénaturer son enseignement en y ajoutant notre note personnel.                              

Je pense qu’il faut essayer de comprendre comment il était, Comment il vivait, comment il pratiquait etc…  c’est de cette façon que l’on peut garder et préserver les principes originel de l’aïkido. Pour cela nous avons eu la chance d’avoir reçu l’enseignement de Tamura Senseï qui à travers lui nous à fait ressentir l’enseignement et les fondations de l’aïkido par O senseï.
O senseï  a créé les bases de l’aïkido, cela on ne peut pas le changer ou le dénaturer, c’est comme un cadeau qu’il nous faut préserver pour qu’il existe une bonne transmission aux futures générations.                                                                                                  

Aujourd’hui l’aïkido est pratiqué comme un sport, il n’y a pas l’esprit des arts martiaux, du budo. Les personnes qui pratiquent aiment l’aikido mais souvent ne pratiquent pas avec le sérieux et la rigueur qu’il devrait y avoir. Nous plaçons pour la plupart la rigueur, les exigences, la passion, la volonté… un à niveau bien défini qui nous maintien dans une zone bien confortable ou l’on fait attention à ne pas la dépasser au risque de ne pas faire trop d’efforts ! 
L’avenir de l’aïkido dépend de la transmission et du savoir des enseignants. Comme je l’ai dit un peu plus haut Il ne suffit pas d’avoir de nombreux enseignants avec de hauts grades ou pleins de diplômes d’états. Mais plutôt il faut des enseignants passionnés par l’aïkido qui ont des valeurs et des connaissances à transmettre.                                                C’est à vous aussi pratiquants à savoir voir, sentir et reconnaitre ces enseignants et non juger directement à l’apparence, au diplôme ou au grade qu’il possède. Une enveloppe ne laisse pas apercevoir ce qui est écrit sur la lettre qu’elle contient !  
La plupart des gens ont besoin de se raccrocher à un style ou à une école, pourtant l’aïkido c’est l’aïkido. Nous pratiquons tous l’art créé par O senseï !                                     Connaissez-vous l’histoire de trois aveugles qui discutent après avoir touché un éléphant ? Pour le premier la forme de l’éléphant ressemble à celle d’un mur, pour le second à un grand trou et pour le troisième il dit que c’est la forme d’une trompette. C’est la même chose en aïkido, il est très difficile d’avoir une vision complète et globale. C’est pour cela que l’avenir de l’aïkido repose essentiellement sur les enseignants à transmettre le plus fidèlement possible avec le coeur au plus près les fondations de l’aïkido créé par O senseï.